Chaos Heidi – Funny Ugly Cute Karma Interview

Chaos Heidi (Funny Ugly Cute Karma) Interview Exclusive !

Amy : On ne peut pas échapper aux initiales du nom du groupe qui forment le mot FUCK, quelle est l’histoire de ce nom ?
Chaos Heidi : Nous avons tout simplement cherché un nom qui interpelle, se retienne… Quand nous avons pensé à FUCK, nous avons eu l’idée de l’acronyme, car c’était plus subtil que juste « Fuck ! ». Ensuite, les mots Funny, Ugly, Cute et Karma nous sont venus car nous trouvions qu’ils nous correspondaient bien. Le côté Fun, l’opposition Ugly/Cute, les contraires, la dualité, et le Karma qui peut être tout ça à la fois et qui t’emmène sur des chemins inattendus !

Amy : L’univers du groupe semble reposer sur les changements de personnalités, ce qui se retranscrit musicalement notamment, pourquoi ce choix ?
Chaos Heidi : J’ai envie de te dire que ce n’est pas un choix ! C’est comme ça qu’on est ! Cette volonté d’explorer plein de facettes différentes tant musicalement que vocalement c’est très ancré chez moi, et pour Dorian aussi. Si je devais chanter tout le temps de la même façon ou faire 10 fois le même morceau ou presque, je m’ennuierais. J’aime cette variété et j’en ai besoin. On a voulu se sentir libre dans notre démarche. On a dit « pas de barrière », pas d’étiquette contraignante qui nous empêche de sortir du cadre, pas de « on doit » / « on ne peut pas ». On fait ce qu’on veut, en fait ; C’est très exultant.

Amy : D’ailleurs, quelle est la signification de ton surnom « Chaos Heidi » ?
Chaos Heidi : Je l’ai choisi il y a longtemps, genre plus de 10 ans. C’était un jeu de mot avec « Chaos A.D » de Sepultura. J’aimais bien l’opposition entre le chaos, un mot dur, évoquant le bordel, l’anarchie et Heidi, mignon petit prénom évoquant la fillette des montagnes ! Haha… Tu vois, déjà à l’époque, héhé !

Amy : Votre nom porte le mot « Funny », et d’après les performances Live, et de ce qu’on peut voir dans le clip d’On The Run, l’humour à l’air d’être un fondement du groupe. Est-ce une volonté ou un état d’esprit complètement naturel ?
Chaos Heidi : Un peu des deux, du coup. C’est d’abord un état d’esprit naturel, c’est venu tout seul au fur et à mesure du processus du projet, puis on a compris que c’en était une composante importante à mettre en avant car ça fait partie de notre identité. Donc oui, on a veillé à le retranscrire aussi sur scène 

Amy : Pour votre EP « Before It Was Cool » tu étais seule avec Dorian pour écrire les morceaux, puis vous avez trouvé des musiciens pour le Live. Est-ce que cette formation changera la façon d’écrire les morceaux ou au contraire apportera de nouvelles visions ?
Chaos Heidi : C’est encore un peu tôt pour le dire, mais je pense que ça va forcément faire évoluer les choses, oui. Dorian et moi restons le noyau du groupe, mais nos 3 nouveaux membres (Mortek à la guitare, Nacim à la basse et Axel à la batterie) apportent d’ores et déjà leur touche à l’ensemble et ce sera d’autant plus vrai sur le 1er album qui suivra l’EP sur lequel on a déjà commencé à travailler tous ensemble.

Amy : Votre EP comporte une reprise de System Of A Down « Radio/Video », pourquoi ce groupe et ce titre en particulier ?
Chaos Heidi : SOAD faisait partie de nos influences depuis le départ. Avec ce premier EP on a voulu poser des bases et aussi aller chercher notre public. On a fait le choix d’une Cover car par ce biais on est susceptible d’attirer des gens qui aimeront notre groupe mais qui ne seraient peut-être pas venus directement par les compos. Pour le titre on a choisi celui-ci car on a senti qu’on pouvait se l’approprier et y mettre les ingrédients de F.U.C.K !

Amy : Qu’est-ce que ça fait d’être une nana dans le monde de la musique Metal ? Est-ce qu’il y a encore des stéréotypes là-dessus ou alors justement cela attire le public ?
Chaos Heidi : Question intéressante. Tu sais qu’il y a actuellement des universitaires en sociologie qui travaillent sur ces questions ? Ça intéresse pas mal de gens. Le genre féminin dans le Metal a une histoire et une évolution bien sûr. De mon vécu personnel, ce qui m’a le plus saoulée c’était cette association constante à la terminologie « métal à chanteuse », surtout lorsque j’étais dans mon ancien groupe Asylum Pyre. Ça n’a aucun sens et c’est souvent condescendant. Un peu comme si on rangeait toutes les nanas qui chantent dans un tiroir différent : « Oui, alors ça, c’est une case à part dans le Metal, c’est des gonzesses qui chantent » ; Et ? En quoi ça fait une différence ? 

Je semble être moins touchée par ce problème avec F.U.C.K. Question de style, sans doute, mais bon… En tant que musicienne je me place au même niveau que n’importe quel autre musicien de Metal. J’ai la même démarche, je bosse pour mon groupe… Ma foi, je ne me sens pas spécialement rejetée, ni avantagée non plus d’ailleurs. Côté public, après, c’est pareil, tu as des gens qui vont beaucoup aimer la présence de filles dans les groupes et pour qui c’est un critère important, et d’autres qui auront tendance à rejeter à cause de ça. Et puis t’as tous ceux qui s’en foutent ! Dans tous les cas, qu’on adhère ou qu’on rejette, je pense que c’est toujours vécu comme une spécificité. Ça n’est pas ordinaire. La norme dans le Metal, c’est que des mecs  ce qui n’est pas le cas dans les autres styles musicaux généralement.

Amy : Comment ça se passe quand on est un jeune groupe français qui cherche à se faire connaître ? Est-il facile de trouver des concerts et/ou de sortir un album ?
Chaos Heidi : Ha bah ça c’est un peu pareil pour le monde je pense : c’est un boulot de malade, beaucoup de réflexion, de choix, de stratégie, de temps, de fric, d’énergie !! Rien n’est facile non… J’essaye de ficeler au mieux mon projet pour qu’il soit solide et crédible avec le temps. Je n’ai pas de recette magique (qui l’a ? Ça m’intéresse, haha) on s’applique en premier lieu à proposer une musique de la meilleure qualité possible, puis on travaille « l’enrobage » : l’identité du groupe, le visuel, le Live… Tout ce qui va nous faire sortir du lot et attirer l’attention du public ; Côté Live notre Release Party du 19 octobre 2018 a débloqué des choses, nous avons reçu plusieurs propositions de dates, en Ile de France et en Province depuis. C’est en cours…

Amy : Quels sont les projets futurs pour le groupe ? Des concerts de prévu ?
Chaos Heidi : Nous espérons consacrer une bonne partie de 2019 au Live (des dates, des dates et des dates) tout en continuant de composer les titres qui composeront le futur 1er album, qu’on vise pour 2020. On travaille dans ce sens ! Nous annoncerons bientôt de nouvelles dates, il faut venir nous suivre sur FBhéhé !
Interview Exclusive d’Amandine Prada


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s